AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un véritable roi agit dans l'ombre.

Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel Evans
Manipulateur - Véritable roi ♪
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 03/05/2011

Compétences
Compétence Active: Peut utiliser sa milice a tout moment et de n'importe quelle façon dans n'importe quel RP où il est présent.
Compétence Passive: Possède une multitude d'information sur n'importe qui.

MessageSujet: Un véritable roi agit dans l'ombre.   Mer 4 Mai - 20:07

OOTORI KYOUYA



    { I : Let's go. }

    « It's someone's calling ? »




      Nom : Ootori.
      Prénom : Kyouya.
      Age : Dix-huit ans.
      Établissement : Ouran.
      Classe : Terminale.
      Groupe : Hôtes.
      Orientation sexuel : Hétérosexuel.

    { II : Physical appearance }


    Ootori Kyouya se démarque facilement du lot des autres jeunes hommes de son âge, comme tous les autres membres du cercle d’hôtes. Les traits de son visage son net et précis, lui donnant toujours un air sûr de lui. Son nez est en accord parfait avec son visage, il n’est ni trop gros, ni trop petit, nous pouvons aussi rajoutez qu’il n’est ni trop pointu, ni trop aplatie. En dessous de ce même nez, nous avons la bouche, elle-même s’accorde presque parfaitement avec le reste du visage. Remontons un peu plus haut, nous avons quelque peu oublié certaines choses. Kyouya possède deux yeux magnifiques et tout autant attirant, tout deux de couleurs marrons foncé, lorsque l’on commence à regarder dans ceux-ci, il est très facile de s’y perdre. Ses deux même yeux sont tout deux placé derrière une très fine paire de lunette en argent adapté pour sa vue. En remontant un peu plus haut, nous trouvons ses sourcils, tout deux sont parfaitement symétriques et orne parfaitement le visage. Passons maintenant à sa chevelure, d’un noir ébène comme la profondeur des ténèbres, ils sont toujours parfaitement coiffé de façon à ce qu’ils ne gênent pas sa vue. Son menton est tout aussi « adapté » à son visage que le reste, il est assez pointu sans l’être trop. Nous terminerons le visage par les oreilles, sont dernières n’étant pas visibles, cachée par la chevelure de notre manipulateur.

    Passons maintenant au reste du corps. Ootori est un peu plus grand que la moyenne, mesurant approximativement un mètre quatre-vingt pour environ soixante kilos, cependant si nous le comparons à Takashi Morinozuka, il est assez petit, mais au vue de la taille démentielle de ce dernier… Le corps de Kyouya est ce que l’ont pourrait qualifier de très bien fait, de long membres sans qu’ils ne déforment le reste du corps, lorsqu’il est torse-nu, quelques abdominaux sont visible sans qu’ils soient trop voyant non plus. Vous l’aurez compris, Ootori est assez svelte et est aussi légèrement musclé.

    Passons donc à ce qui fait son charme. Et bien figurez vous que Ootori Kyouya est le personnage le plus mystérieux du cercle, cette aura de mystère l’entourant toujours fait de lui quelqu’un de très populaire auprès de la gente féminine, même lorsqu’il sourit, il est impossible de savoir s’il est sincère ou non. Terminons cette brève description par les vêtements que porte Kyouya. Etant toujours étudiant, il porte généralement l’uniforme de son lycée, une veste bleu, une chemise blanche avec une cravate noir, un pantalon de la même couleur le tout parfaitement repassé. Pour finir, il porte une pair de chaussures noir parfaitement accordé au pantalon et à la cravate. On peut dire que cet uniforme lui va à ravir. C’est ainsi que nous terminons cette description physique qui est certes courte, mais quoi de mieux que suivre l’avancé du personnage au fur et à mesure du temps ?
    { III : Character }


    Vous souhaitez donc une présentation caractérielle de notre manipulateur ? Et bien comme vous le souhaitez, nous allons commencer tout d’abord par son caractère datant du collège. Ootori Kyouya ne vivait que pour une seule chose, jouer son rôle, ce même rôle n’était que si nous utilisons une des citations de notre calculateur, il n’est présent que pour une chose, peindre par-dessus une peinture dont la trame serait parfaite. Cette phrase signifiait une chose, qu’importent ses capacités, il ne devait dépasser une certaine limite, ne jamais surpassé ses frères ou même les égalés, il devait s’efforcer de faire de la figuration si l’ont peu dire. Lorsqu’il était comme ça, il avait une certaine tendance à exploser les crayons qu’il tenait en main en repensant à quelque chose qui l’avait extrêmement énervé. Il pouvait aussi frapper son canapé au point que plusieurs marques étaient présentes sur celui-ci, jeter ses affaires dans la pièce était aussi une solution plutôt relaxante… La seule chose qui intéressait Kyouya était de satisfaire son père, de ne pas le décevoir, tout en restant à sa « place ». Il n’hésitait pas à faire croire à toute personne l’entourant qu’il les appréciait pour ce qu’ils étaient, alors qu’en réalité, seuls les parents de ces mêmes personnes étaient intéressants, aucunement les enfants. Lorsqu’il voyait un camarade de classe, il ne les voyait pas comme un ou une camarde de classe, il voyait la possibilité de se rapprocher des parents au nom des Ootori.

    Suite à sa rencontre avec Tamaki Suo quelqu’un de… disons assez spéciale, Kyouya montra enfin son vrai caractère, sa vraie personnalité, son vrai lui en résumer. Manipulateur, un visage machiavélique, un calculateur de génie, voilà ce qu’est réellement Ootori Kyouya. Alors même que les Ootori sont extrêmement riche, il cherche toujours à faire du profit sur le dos des autres et trouvent toujours une idée qui marchera à coup sur. Kyouya est quelqu’un de très manipulateur, il fera tout ce qu’il faut pour arriver à ses fins en manipulant les personnes autour de lui, sans qu’elles ne s’en rendent compte. Vous l’aurez donc compris, Ootori est quelqu’un d’extrêmement vénal, mais savez vous qu’il cache une autre facette de sa personnalité ? Derrière son coté manipulateur, calculateur et vénal, se cache quelqu’un d’extrêmement gentil, en voyant quelqu’un dans le besoin, il peut tout à fait l’aider à sa façon, c’est-à-dire, manipuler les gens pour que cette même personne ait ce qu’elle souhaite.

    Continuons si vous le voulez bien. Ootori est Kyouya est quelque peu froid, il ne montre jamais ce qu’il pense, cette partie de lui ainsi que les autres font de lui quelqu’un d’extrêmement mystérieux, à tel point que ce coté de lui fait totalement craquer les clients du cercle d’hôtes, ceci accompagné par son physique des plus avantageux ainsi qu’une gentillesse profondément cachée mais bien présente fait quelqu’un d’extrêmement populaire auprès de la gente féminine. Kyouya peut-être assez effrayant lorsque l’on y réfléchi un peu plus sérieusement, officiellement, le King du cercle d’hôtes est Tamaki, le King se doit de prendre toutes les décisions et de gérer le cercle et la seule personne assez dupe pour penser que le Suo est le King, c’est bien ce dernier. En effet, Kyouya contrôle parfaitement le cercle en donnant des idées indirectement à Tamaki et en contrôlant les dépenses de A à Z du cercle.

    Il existe une facette de notre manipulateur cachée au commun des mortels. Le réveil… Voilà une chose des plus difficiles, surtout chez Kyouya croyez nous. Au réveil, il est des plus irascible, n’essaye même pas de le déranger lorsqu’il se réveille, ou soyez prêt à recevoir les conséquences de vos actes, il va vous en falloir du courage pour oser une chose pareille. C’est ainsi que nous terminons cette petite présentation caractérielle, Ootori Kyouya ne peut pas être compris qu’avec une simple présentation.

    { IV : Story }


    La famille Ootori, voici le nom d'une des familles les plus riches du Japon, cette même famille à donné naissance au dénommé Kyouya, Ootori Kyouya. Sa famille étant immensément riche, notre calculateur n'auras manqué de rien durant toute son enfance, chose très commune lorsque l'ont naît dans une famille comme celle ci. Dès son plus jeune âge, il fut placé en écoles privées de très haut niveau, son père souhaitant l'excellence pour l'excellence. Ce dernier était très strict avec son fils, ne voulant décevoir les attentes de son père, Kyouya devint rapidement l'un des meilleurs élèves de ses différents établissement, voir même, le meilleur. Kyouya n'était pas le seul enfant des Ootori, il avait deux frères, deux grands frères étant le troisième fils et une sœur. Ne nous attardons pas plus sur sa famille et continuons cette brève présentation sur le passé de notre manipulateur.

    Même lors de ses différentes années au collège, il fut envoyé dans les écoles les plus prestigieuses existantes. Notre collégiens avait un emploi du temps que l'ont pourrait qualifier de très chargé, il n'avait que très peu de temps pour lui, voir même aucun. Tout son temps libre était destiné à ses études, lorsqu'il n'était pas au collège, il prenait toujours le temps d'apprendre parfaitement toutes ses leçons. Il suivait en même temps des cours de self-défense, en effet, sa famille possédant une milice privée, il prit le soin d'apprendre à se défendre auprès de celle ci. Cela doit être durant les années du collège que Kyouya commença à faire plusieurs affaires dans les dos des gens. Par "affaires", il ne s’agit pas là de choses illégales, pour notre calculateur, il s'agissait surtout d'arranger des situations, des affaires, voir même orchestré des rencontres, le coté manipulateur de Kyouya se montrait enfin au grand jour, même si cette expression est quelque peu mauvaise étant donné qu'il manipulait les gens, la plus part du temps sans qu'ils ne s'en rendent compte.

    Le lycée Ouran, pour entré dans cette académie, deux choses sont nécessaires, une haute lignée et une énorme fortune, deux choses que les Ootori possèdent parfaitement. C'est donc à ce lycée que nous retrouvons Kyouya. Lors de sa première année, il créa avec le dénommé Tamaki Suo le cercle d'hôtes. Avant de vous décrire ce cercle, commençons tout d'abord par vous apprendre la rencontre entre Tamaki et Kyouya. C'était lors du dernier printemps qu'allait passé Kyouya en tant que collégien. A cette époque, Kyouya ne vivait que pour une chose, être le troisième fils Ootori. Lors d'une journée tout à fait banale, notre calculateur fut invité par le fils d'un célèbre courtier à passer un week-end dans sa maison de campagne invitation qu'il accepta, pensant que ceci serait une bonne occasion pour se rapprocher de son père. Vous l'aurez remarqué, Ootori ne voit que les gens qui l'entourent par leurs lignées et leurs parents, tout autre chose lui était complètement indifférent. Le soir même, Kyouya discuta quelques instants avec sa grande sœur âgée de vingt-quatre ans, nommée Fuyumi Ootori. Cette dernière avait une manière très déplaisante, vouloir rangée les affaires de Kyouya, malheureusement, tout ce qu'elle ne fait, c'est vidée complètement les tiroirs. C'est en cette même soirée que Fuyumi aborda le sujet des attentes de leur père envers Kyouya. Ce dernier expliqua qu'il savait déjà qu'il n'avait aucune chance de succéder à son père, il se contenterait de travailler pour ses frères, qui eux sont quasi-sûr et certains de succéder, leurs chemin étant déjà parfaitement tracé. Le rôle de Kyouya n'était que de peindre le mieux possible sur une peinture dont la trame était magnifique, soit, de ne jamais dépassé une certaine limite, sans jamais surpassé ses frères, en restant dans l'ombre. Quelques temps plus tard, à table lors du petit-déjeuner, le père de Kyouya lui annonça l'arriver d'un dénommé Tamaki Suo dans son collège, la compagnie Suo était l'une des compagnies rivales des Ootori, la demande de son père était donc simple, il faut garder ses amis près de sois, mais ses ennemies encore plus... C'est donc suite à la demande de son père, que Kyouya commença à faire quelques recherches sur Tamaki. Il découvrit que ce dernier était le fruit d'une relation entre une maitresse et le dirigeant des Suo. Un peu plus tard durant cette même journée, Kyouya fut convoqué avec la deuxième déléguée dans la salle des professeurs. Tamaki Suo, seize ans à cette époque, yeux bleus, cheveux blond, un sourire des plus chaleureux. Ce dernier se "jeta" littéralement sur la déléguée en la comblant de compliment. La déduction de Kyouya était donc simple, Suo devait-être un coureur de jupon au vu de ses "prouesses". Kyouya proposa au blondinet de lui faire visiter l'école. Lors de cette même visite, ils étaient tout deux présent dans l'aile ouest, Tamaki posa une question des plus... bizarre si l'ont peu dire. Il demanda à Ootori s'il avait un Kotatsu chez lui. Non, vous ne rêvez pas, il lui à bien demandez une chose pareille, encore un touriste totalement fou de la culture japonaise... Kyouya lui répondit que non, ils ne possèdent pas de Kotatsu chez lui en expliquant qu'ils sont plutôt traditionnels. La réaction du Suo fut, comment vous expliquez, fut très surprenante, voir même bizarre, bien digne d'un idiot tel que lui. Il partit en dépression, oui, en dépression, il s'imagina un mur invisible et face de lui et s'appuya contre grâce à son bras droit, fixant le sol avec un regard des plus dépressif. Tamaki prit la parole dans cette même posture expliquant que le Kotatsu est le signe de l'union familial et continua en demandant si Ootori n'avait pas quelques problèmes avec sa famille. Ce dernier ne répondit rien, mit à part qu'il fallait laisser ses points de vue farfelue de coter et qu'il pouvait avoir un Kotatsu chez lui. Et encore une réaction bizarre de la part du blondinet, il commença à sauter dans tout les sens en criant qu'il remerciait Kyouya avant de lui sauter dans les bras. Il lui dit qu'il était maintenant son ami, son meilleur ami. Dès le premier jour ? Que garçon bizarre. Quelques instants après, il lui dit qu'il l'appellerait désormais par son prénom sans laissé le temps à Ootori de répliquer, il commença de nouveau à sauter dans tout les sens en cirant dans une langue différente du Japonais, le Français : "Bravo ! Kyouya ! Mon ami ! Mon ami ! Yahou !" Quel idiot...

    Le lendemain, la journée débuta normalement, petit-déjeuner avec son père, mais le reste de la journée, c’est une autre histoire. Tamaki Suo, attrapant les épaules d’Ootori à l’aide de ses deux mains dans l’un des couloirs, le fixait avec un regard des plus sérieux. Avec une voix tout aussi sérieuse, il dit à Kyouya qu’il voulait visiter Kyoto. Il voulait voir le grand Bouddha à Nara, le Gouryoukaku, les Shisas et les Namahage. Ce qu’ignorait ce parfait crétin, c’était qu’ils ne sont pas tous à Kyoto. Lorsque Kyouya lui dit, il eu la même réaction bizarre que la dernière fois, tellement bizarre que nous avons eu beaucoup de mal à la décrire. Pour qu’il arrête un peu, Ootori lui dit qu’ils iront voir tout ce qu’il souhait en commençant par Kyoto le week-end prochain, puis Okinawa aux prochaines vacances. La seconde réaction du l’idiot arriva de suite, il sauta au cou de notre calculateur et lui dit qu’il était Dieu, le grand Bouddha avant de faire encore une fois ses sauts en criant "Bravo ! Kyouya ! Mon ami ! Mon ami ! Mon ami ! Yahou !". Voilà que le deuxième jour il passe du statut de meilleur ami, à Dieu, quel crétin se Suo. Ils allèrent donc tout deux à Kyoto, où Tamaki n’arrêta pas de prendre tout ce qu’il voyait en photo et confondre les Shisas et les Namahage. Le soir même de ce voyage, alors que d’habitude Kyouya est plongé dans ses études, cette fois ci il apprenait par cœur les différentes choses à savoir sur Hokkaido. La raison ? Rien que d’y repenser, Kyouya était des plus énervé, si énervé qu’il cassa son stylo présent dans sa main quand sa sœur le questionna. Tamaki lui avait reproché son manque de connaissance sur les différents voyages qu’ils avaient déjà fait en fixant le couché de soleil. Pourtant, nous ne voyons pas trop ce que pouvait reprocher exactement le Suo à Ootori, mais laissons et continuons. Il jeta trois livres sur son bureau et avec une fureur extraordinaire, cria qu’il serait parfaitement incollable sur leur prochain voyage ! Le lendemain, Kyouya proposa à Tamaki d’aller à Hokkaido pour lui faire visiter et la réponse fut suffisante pour faire littéralement exploser notre manipulateur. Il lui répondit qu’ils étaient en pleine période d’examens et que se n’était pas le moment d’aller s’amuser. Aller même que c’était lui qui lui avait demandé d’aller à Hokkaido la semaine prochaine, il ose dire une chose pareille ! Il garda sa colère au fond de lui et lorsqu’il rentra chez lui, il explosa littéralement.

    Il jeta ses affaires en criant que sa stupidité dépassait l’entendement, comment peut-on être aussi idiot que lui, c’est impossible ! L’envie de le frapper était de plus en plus forte, à un point que c’était la première fois que Kyouya avait t’en envie de frapper quelqu’un. La vision de son père le clama d’un coup, son père comptait sur lui, Tamaki est quand même l’héritier des Suo, Ootori devait garder son calme, ça ne servait absolument à rien de s’emporter après tout. Kyouya termina sur une réplique très particulière, comme quoi Tamaki Suo pouvait se mettre son Kotatsu où il pensait. Il passa une bonne partit de la soirée à se défouler contre son canapé, avant de retourner à ses révisions, les examens approchant. Une semaine plus tard, plus exactement le dimanche, Kyouya rentrait chez lui et venait d’entré dans sa cour. A la porte se trouvait sa grande sœur qui lui dit que son ami était là. Ami ? Quel ami ? Entrant dans son gigantesque manoir, sa sœur l’accompagna en direction de l’une des pièces de la maison. Dans cette même pièce était présent un piano, un grand piano noir. Une personne en jouait, cette personne jouait magnifiquement bien, à un point que les deux frères et la sœur de Kyouya en était ému aux larmes, même Kyouya ne put résister et versa une petite larme. La personne jouant était Tamaki Suo, cette douce mélodie touchant toute personne l’écoutant, venait de lui, même un idiot pareille était capable d’une chose pareille, quelle surprise. Nous retrouvons nos deux collégiens dans le salon, avec chacun leur tasse de thé sur la table basse. Tamaki commença à s’excuser d’être venu à l’improviste et de déranger, intérieurement, Kyouya se dit que s’il était vraiment désolé, qu’il s’en aille maintenant… Mais c’est paroles restèrent que pour lui, il se contenta de lui demander pourquoi il ne révisait pas. Ignorant la question, Suo répliqua en disant que la maison des Ootori était vraiment immense se demandant si cette maison était plus grande que celle des Suo présente en France. Encore une fois, Kyouya se demandait s’il le cherchait, peut-être pensait-il que les Suo étaient supérieur aux Ootori ? Laissant passer ça, Ootori lui dit qu’il ne savait absolument rien sur la résidence Française, mais que par contre, la demeure principale des Suo était bien plus grande. Il semblerait que Tamaki n’était jamais allé dans la résidence principale pour on ne sait quelle raison. Suo demanda à Kyouya s’il allait succéder à son père. Comme devenue une habitude, intérieurement, Kyouya se demandait s’il le cherchait avec des questions pareilles. Il lui répondit que non, qu’il avait comme il avait sans doute remarqué deux frères et qu’il allait travailler pour eux. Tamaki rétorqua qu’il pensait que Ootori avait plus d’ambition que ça et qu’il voyait que ses yeux montrait qu’il n’aimait pas cette situation et finissant par dire qu’il baissait facilement les bras. Kyouya répliqua en disant que ce n’est pas une question de baisser les bras ou non, que c’est comme ça, point final, continuant par dire que lui, étant le seul héritier des Suo, il ne pouvait pas comprendre. Il venait de faire une erreur, il n’aurait pas du dire une chose pareille, Tamaki répondit qu’il n’était pas sur d’hériter étant donner que sa propre grand-mère le détestait profondément et qu’avec ce fait, il n’était pas le favori pour hériter. Il continua à parler en disant que le travail de son père ne l’intéressait que très peu, voir même pas du tout et que même s’il ne succédait pas à son père, il trouverait bien autre chose, tout ceci lui était complètement égale. Énervé au plus au point, Kyouya envoya valser la table en reversant tout ce qui était sur celle-ci et attrapa Tamaki au col. Il lui demanda tout en restant comme ça, comment il pouvait abandonner aussi facilement et lui disant qu’il n’était pas comme lui, que lui il pouvait aller tout en haut s’il s’en donnait la peine et finissant par lui demander pour quelle raison il ne se donnait pas la peine de le faire, pourquoi il ne profite pas du fait d’être né dans un milieu comme le siens. Comment une personne aussi stupide avait put percer à jour Ootori, c’est complètement incompréhensible… Kyouya savait très bien qu’il pouvait égaler ses frères, voir même les surpasser, mais étant le troisième, il ne pouvait pas faire une chose pareille, il devait se contenter d’être le troisième fils sans dire un mot, sans se plaindre, alors même qu’une énorme frustration l’habite de ne pas pouvoir dépassé cette limite.

    Tamaki, avec un regard des plus sérieux, rétorqua en disant que celui qui ne s’en donnait pas la peine ce n’était pas lui, en lui signalent que celui qui abandonnait sans même prendre la peine d’essayer, c’est Kyouya… Ce sombre idiot avait parfaitement raison, celui qui abandonnait c’était bien Ootori… Reprenant son air habituelle, Tamaki lui demanda ou était son Kotatsu, voulant l’essayer, il était venu chez Kyouya ayant cette idée en tête. Le lâchant, notre manipulateur se mit à rire, cette fois ci, ce n’était pas un faux sourire, pas un faux rire, mais il riait enfin, sans aucune raison apparente, mais il riait. Suo lui demanda ce qu’il y avait de si drôle en lui disant qu’il était sur qu’il avait caché le Kotatsu quelque par. S’arrêtant de rire, il frappa à la tête Tamaki en lui disant d’arrêter de dire des sottises et qu’on ne se servait des Kotatsu qu’en hiver. Se relevant lentement, il regarda de haut le Suo, avec un regard et un visage des plus machiavélique en lui disant qu’il n’était qu’un demeuré. Tamaki sourit en répliquant qu’il avait un visage vraiment machiavélique et qu’il montrait enfin sa vraie personnalité.

    Nous retrouvons nos deux amis quatre mois plus tard, chez Kyouya en pleine hiver. Tamaki était tranquillement assis sous un Kotatsu comme il en rêvait avec Ootori à ses cotés. Le Suo commença à expliquer une idée, qui selon lui était parfaitement génial à notre manipulateur. Il voulait monter un cercle d’hôtes dès leurs arrivés au Lycée, ce cercle tirant sa force de leurs beautés. Plaçant son pied sur lui, Ootori écrasa Tamaki par terre qui riait en lui disant de réserver ses âneries pour son sommeil. Expliquant toutes ses idées, il dit qu’il avait déjà trouvé des membres pour son cercle, plus il expliquait son idée et plus Kyouya trouvait ça parfaitement ridicule, mais s’il le suivait, il pourrait voir des choses et des situations inédites, c’est ainsi que la rencontre Tamaki/Kyouya se termine, avec la création du cercle d’hôtes.

    { V : You }


    Surnom/Pseudo : Azur.
    Âge : 17 ans.
    Fréquence de connexion : 4/7.
    Un quelconque problème ? : Tamaki !
    Un dernier mot Jean-Pierre ? =D : Profits + profits = ?
    Le règlement ? Validé par moi même.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suo Tamaki
Fondateur - The King
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 03/05/2011

Compétences
Compétence Active: Peut intervenir dans les Rp de sa fille chérie
Compétence Passive: Peut faire pousser des champignons dans les placards ou les coins sombres !

MessageSujet: Re: Un véritable roi agit dans l'ombre.   Mer 4 Mai - 20:22

Je doute que cela soit vraiment nécessaire cela dit...The King te valide ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un véritable roi agit dans l'ombre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» ▬ dans l'ombre { season finale : groupe 4
» Axiomes et fuseau dans l'ombre totalement différents d'en dehors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouran Rpg :: First :: Dossiers d'admission :: Dossiers abandonnés-
Sauter vers: